Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

#metoo.

Publié le par Votre ancienne PNC préférée!

#metoo.

L’autre jour je commente un énième article intitulé « les 10 métiers les plus hots » avec une photo d’une hôtesse de l’air un peu douteuse et d’une infirmière peu regardante sur l’uniforme. Oui, marre d’avoir encore et toujours cette image de « chaudasse » véhiculée depuis des décennies par ce fantasme de l’hôtesse de l’air.. qui plus est en cette période où les femmes commencent à libérer la parole et à dire ce qu’elles ont sur le cœur. Une personne, une femme plus précisément, que je ne connais pas, a répondu à mon commentaire en disant (je la cite) « que l’humour n’a jamais fait de mal à personne et que je ferais bien d’enlever le balai que j’ai dans le cul ». Classe! Vive les réseaux sociaux lol

Que répondre à ça? Bah personnellement je n’ai pas eu envie de rentrer dans le débat parce que je pense qu’une personne qui écrit ce genre de propos ne mérite pas qu’on s’abaisse à lui expliquer que c’est en partant de ce genre de clichés qu’on en arrive à se faire harceler voir même agresser dans un avion sous prétexte qu’en tant qu’hôtesse de l’air il est implicite qu’on aime ça.

Chacun est libre de faire ce qu’il veut de sa vie, chacun est libre de vivre sa sexualité comme il l’entend et oui même parmi les pn y a de tout car il faut de tout pour faire un monde. Vive la liberté!

Mais arrêtons de faire l’amalgame, arrêtons de croire qu’on est toutes prêtes à tout pour s’envoyer en l’air à tout bout de champ et surtout pitié arrêtons de croire que le corps de chaque pn est un territoire ouvert pour n’importe quel inconnu!

Je vais vous parler de mon expérience à moi, celle que j’ai vécu personnellement et donc je ne tiens en aucun cas à dire que ce qui m’est arrivé est arrivé à tous les autres (femmes ou hommes!). Mais je pense qu’il est à un moment important de comprendre que ces agissements ne sont pas normaux, qu’ils dépassent les limites et que ce n’est pas acceptable de ne rien dire et de se taire. Parler ce n’est pas facile et nous nous en rendons compte ces derniers jours, mais il faut le faire.

Je vous fait l’impasse dans ma vie de femme au quotidien, depuis l’adolescence j’ai eu moi aussi mon lot d’harcèlement en tout genre, plus ou moins lourd, plus ou moins grave.

Quand j’ai enfilé mon uniforme j’ai vite compris qu’il était peut être une carapace, un signe distinctif, quelque chose que je pouvais arborer avec fierté et que j’ai porté la tête haute toutes ces années. Mais il m’a ouvert les yeux sur le regard que les hommes (et parfois les femmes) portaient sur moi, et pas toujours sans aucune arrière pensée derrière, croyez moi.

Mon premier vol pendant mon stage de 60h m’a directement mis dans le bain: je me suis penchée dans l’allée pour prendre un plateau et une main n’a pas hésité une seule seconde à m’agripper les fesses comme si elles lui appartenaient! Je ne vous dis pas la surprise... un collègue s’est vite empressé de remettre le propriétaire de la dite main à sa place, mais moi j’étais scotchée qu’on se permette un geste aussi franc devant des centaines de passagers! Avec le temps j’ai surtout appris à remettre moi même ces gens à leur place... ou ceux qui vous frôlent la poitrine « par mégarde », qui vous disent « vous êtes vraiment bonne » « dans quel hôtel puis-je vous retrouver? » et j’en passe! Malheureusement ça devient tellement habituel qu’on fait à peine attention alors que c’est déjà le mot et le geste de trop!

J’ai aussi connu le passager qui tente de vous embrasser, ou celui qui vous dit que vous étiez vraiment jolie à la piscine avec votre maillot de bain en vous dévisageant de manière très éloquente... vous vous dites que le vol va vraiment être long!

Mais deux événements m’ont surtout marqué pendant ces années: et ils ne viennent pas tous les deux de passagers comme on pourrait le croire.

J’ai été agressée par un passager sur un vol de nuit, qui a essayé de me choper dans un coin de l’avion qui est effectivement isolé, et il a fallu que je me débatte de toutes mes forces contre ce cochon transpirant et puant l’alcool pour réussir à m’en sortir. Au passage il a réussi à me griffer sur la poitrine et à me faire quelques bleus... j’étais terrorisée. La police l’attendait gentiment à l’arrivée à Paris et le pire a été certainement d’entendre qu’il en était pas à son premier coup... et qu’il a pu rentrer chez lui tranquillement et prendre sa correspondance car jamais aucune fille n’avait osé porter plainte!! J’étais écœurée... la plainte a suivi son cours pendant plusieurs mois, mais malheureusement sans aucune suite.

Quant à ma deuxième « mésaventure » et bien je l’ai vécue avec un collègue... qui lui a essayé de me choper dans les toilettes, au galley arrière sur un vol retour de nuit... là aussi j’étais sidérée car je faisais une totale confiance à mes collègues jusque là. Pas que cette confiance ai été totalement perdue après, mais j’étais forcément plus méfiante et c’est bien dommage...

Encore une fois je ne veux pas généraliser, mais il faut aussi arrêter de croire que ce métier n’est que sexe et débauche, qu’on est tous des libertins, des pros de l’orgie ou je ne sais quoi. Que ce soit en vol ou en escale, « non » c’est « non »! Chacun fait ce qu’il veut tant qu’il y a consentement.

Les collègues qui viennent gratter à la porte alors qu’on a clairement dit qu’on est pas intéressé, comment doit-on le prendre?

Je reviens aussi sur l’affaire Delarue: on l’a peut être oublié mais cet homme a continué à voler pendant des années sur AF, avec une carte platinum alors qu’on sait tous ce qu’il a fait en vol.

Il est plus que temps que les mentalités changent, qu’on éduque nos enfants et qu’on leur apprenne la différence entre faire un compliment ou pas, entre avoir un geste consenti ou non. Je souhaite de tout cœur que les langues se délient et je suis ravie de voir qu’enfin les femmes osent et parlent! Je suis fière, immensément fière de toutes ces personnes qui osent parler et s’exprimer sur leur vécu. Je souhaite juste que cela ne reste pas uniquement une affaire sans lendemain, c’est une affaire qui nous concerne tous et le combat ne fait que commencer.

Partager cet article

Repost0