Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Y a-t-il un médecin dans l'avion?!

Publié le par Olivia Beltrani

Y a-t-il un médecin dans l'avion?!

Parmi les multiples tâches qu'incombent aux supers PNC que nous sommes, celle de venir au secours des passagers en détresse est l'une des plus importantes!

Nous voilà transformés en Dr Ross, Dr Mamour, j'en passe et des meilleurs, à nous les "je veux un bilan nfs, chimie, iono!" "plateau d'intubation!" "mais où diable est passé l'interne?!" "bipez Sheperd!!".. bon ok, ok, je m'égare. Désolée, c'est la fan inconditionnelle de séries tv médicales qui parle, je me suis laissée emporter par le sujet... revenons donc à nos moutons!

Etre PNC donc, veut aussi dire avoir une formation assez poussée en secourisme. Comme nous l'avait expliqué mon formateur lors de mon CSS (je ne vous explique plus les sigles, vous êtes des pros maintenant!!), elle est un mix d'une formation de secouriste, d'une première année d'école d'infirmière, le tout mélangé à quelques notions de médecine plutôt poussées. Moi j'y rajoute aussi une pincée de cours de sage femme parce que bon, j'apprends pas tous les jours à accoucher une femme dans l'urgence à l'arrière d'un avion :p

Ce ne sont donc pas des notions qu'on apprend à la légère et c'est surtout une partie importante du métier de PNC parce qu'on a sur tous les vols de la bobologie, et sur certains vols des cas plus sérieux, et sur de rares rotations des cas graves, voir mortels. Faut donc savoir où on mets les pieds!

Pour ma part, c'est sans doute l'aspect du métier qui me faisait le plus peur: serais-je à la hauteur? Saurais-je gérer sans paniquer? Saurais-je pratiquer les gestes d'urgence? J'avais vraiment la trouille de ne pas savoir quoi faire et d'avoir peur de mal faire et puis bon avouons le: de paniquer à la vue du sang, de quelque chose de pas glop, d'un type raide dans le couloir.... parce qu'on a beau être fan d'"Urgences" et de "Grey's Anatomy", on est loin, très loin de la réalité :p (mouais, c'est nul!).

Et puis il faut aussi une petite particularité dans l'apprentissage et surtout dans la pratique de notre métier de secouriste-pnc: tout se passe dans un avion, à 10.000m d'altitude. Et ouais, et ça bah ça change la donne de beaucoup beaucoup de choses!!

Exemple: tu te casses une jambe lors d'une turbulence violente? Pas de panique! Je vais te faire une super attelle avec des magazines "Air France Magazine"! Tu t'évanouis sur ton siège? No problem! Viens je t'évacue même si tu pèses 130kg, je t'extrais de ton siège et je te glisse jusqu'au galley hop hop hop! Quand jvous dis qu'on est des warriors....

Lors de notre formation initiale on apprends énormément de choses: d'une part la théorie avec une multitude de soucis de santé, de symptomatologie, de conduites à tenir... ça va du simple rhume, au malaise vagal, à la brûlure, en passant par l'hémorragie, l'appendicite, les fractures et les crises cardiaques. Sans oublier les accouchements, vous l'aurez compris! Tout, je dis TOUT ce qui peut arriver à une personne lambda.

Et puis évidemment place à la pratique: les gestes qui sauvent (Heimlich, utiliser un défibrillateur, ballonner un individu, PLS etc etc etc), et les gestes qu'on aura un peu moins l'habitude de connaître: immobiliser, faire des attelles (vous l'aurez compris, le truc avec les magazines ça m'éclate, ça fait très Mac Gyver!!!), stopper des hémorragies, piquer (mais uniquement sur ordre d'un médecin), accoucher. Sauver des vies quoi! Ca le fait non?!

Bien sûr, les statistiques disent qu'il y a toujours un médecin ou une personne travaillant dans le médical dans un avion (voilà pourquoi on fait toujours une annonce avant de commencer les festivités), mais si les statistiques se trompent, on fait quoi? On attends? "Mr désolé mais nous n'avons personne à bord pour votre crise cardiaque, il va falloir respirer doucement et attendre que nous atterrissons. Puis-je vous offrir un petit verre d'eau en attendant?"

Et puis cela nous permet en prime de pouvoir assister les professionnels au besoin, ou être autorisés à pratiquer des gestes sous ordre d'un médecin (ou du SAMU si contact radio).

Pour ma part, je suis heureuse de pouvoir dire que je n'ai eu aucun décès à bord. Ouf!! Mais certains collègues n'ont pas eu cette chance. J'ai eu certains cas sérieux, mais rien de très grave (j'ai sorti une fois le défibrillateur mais heureusement je n'ai pas eu à l'utiliser), j'ai eu pleins de petits bobos, pleins de problèmes de santé bénins et j'ai failli avoir un accouchement à bord (ma hantise!! j'ai pas encore eu d'enfants, alors aller voir de l'autre côté comment ça se passe... comment vous dire... dois-je vous faire un dessin?!), heureusement pour moi, elle a accouché pile dans l'ambulance en arrivant à Roissy!! J'ai aussi du aider à perfuser quelqu'un (moi et ma phobie de l'aiguille étions ravis), et nous avons dérouté une fois pour une personne qui a fait une crise d'appendicite aiguë. Ah, et une crise d'épilepsie une fois, ou en tout cas, y ressemblait, on a jamais été trop sûrs... bref pas un vol ou presque ne se passe sans quelqu'un qui vient ne serait-ce que nous demander du paracétamol! Ou qui a la nausée... parfois une oreille attentive et une écoute sont aussi un bon remède ;)

Et c'est là dans le feu de l'action que Dr House se lève de son siège passager, et vient vous aider "ne cherchez pas, ce monsieur souffre d'une tumeur de lobe temporal gauche c'est pour ça qu'il est tombé dans les pommes et qu'il bave, bistouri nous allons opérer sur place!!". Ok, ok, je sors.............

Y a-t-il un médecin dans l'avion?!

Partager cet article

Repost0

"Le ciel est toujours bleu au dessus des nuages"

Publié le par Olivia Beltrani

"Le ciel est toujours bleu au dessus des nuages"

Et c'est tellement vrai!

Quand on est à 10.000m d'altitude, il peut pleuvoir et faire gris, mais là haut tout est clair, bleu et blanc. Il se dégage toujours une sérénité, une limpidité à travers le hublot qui est indescriptible: on se surprend à regarder ces nuages, leurs formes, la clarté du ciel, ces tons de bleus qui changent au fil des heures pour se transformer dans des rouges éclatants.

Et puis on regarde en bas et on découvre la Terre d'un autre point de vue, ses formes, ses couleurs, ses paysages qui se déclinent à l'infini, et c'est magique. Et toujours aussi apaisant!

En tout cas, moi c'est toujours ça que je ressens quand je suis là haut: je me sens apaisée. Je me sens en phase, j'ai l'impression d'être au bon endroit, au bon moment... étrange, non?

Je ne me lasse pas de décoller, de sentir ce petit truc au fond de mon ventre, cette excitation qui monte en même temps que nous nous envolons... l'Homme a su défier les lois de la nature, et j'en reviens pas de pouvoir vivre ça! Même avec plus de 2000h de vol au compteur, c'est toujours cette sensation qui me transporte...

La chance lorsque l'on exerce ce métier, est de pouvoir à un moment donné se retrouver au meilleur de tous les endroits de l'avion: le cockpit. Rien ne vaut de s'asseoir même 5 petites minutes au poste, et de contempler. Il s'y dégage un calme et une sérénité que je n'ai jamais retrouvé ailleurs (ok, j'ai jamais tenté les temples bouddhistes, je vous redirais ça quand ce sera fait!!), et le spectacle est toujours époustouflant, on ne s'en lasse jamais. Comment pourrait-on?! On vole à travers les nuages et on les transperce, on aperçoit le ciel à 180°, on découvre des aurores boréales, on voit vraiment, réellement, l'avion tourner, se pencher, avancer. C'est magique! Et puis on ferme les yeux et on oublie tout: le bruit, la fatigue, le manque de sommeil et les passagers qui vont nous sauter dessus dès notre retour en cabine :p même les problèmes personnels sont loin derrière nous.... on est là et maintenant, on vole et c'est carrément le pied!

J'ai toujours su que j'aimais voler, je le sais encore plus aujourd'hui.

J'ai l'impression de pouvoir tout voir, de pouvoir tout vivre, que l'avion me permet de m'envoler toujours vers un rêve ou une autre vie et de goûter à une liberté qu'on oublie souvent d'avoir dans la routine de nos vies actuelles. Je ne sais pas si c'est dans les gènes? Est ce que c'est à cause d'un papa pilote, d'une famille où les hommes ont tous été dans l'armée de l'air, d'une cousine hôtesse? L'avion est dans notre famille, mais est ce vraiment à cause de ça que j'aime autant voler? Franchement, je ne sais pas.

Pourquoi avoir choisi ce métier quand je n'arrivais pas à trouver du travail dans la comm? J'aurais pu trouver tout autre chose, et pourtant c'est à ça que j'ai pensé de suite! J'ai pas spécialement envie de trouver une réponse à cette question, mais c'est vrai que j'y ai souvent pensé! Et j'aurais tellement aimé que mon père puisse me voir à mon tour en uniforme! Cela nous aurait sans doute fait drôle à tous les deux, il m'aurait sorti quelque chose du genre "tant que c'est pour être hôtesse, une femme ça ne pilote pas un avion!". Non, il n'était pas macho, juste italien et certain qu'un femme pilote de chasse ce n'est pas concevable (pfffff)!!! Pourtant suis aussi sûre que si j'avais osé lui avouer que je pensais sérieusement à passer mon brevet de pilote il m'aurait soutenu à fond... et ça aurait été l'enfer car il aurait voulu m'apprendre à sa façon!!!!

Bref, tout ça pour vous dire qu'il n'y a rien de mieux que de voler et que de se poser quand on est tout là haut! Pensez y la prochaine fois que vous serez dans un avion, en tant que pnc ou passager: prenez 5 minutes pour vous installer confortablement, fermez les yeux ou regardez par le hublot et laissez vous bercer par le petit bruit de fond des moteurs (bon si vous êtes sur A380 laissez vous bercer par le silence!!), et faites le vide. Ou laissez vous transporter par vos rêves, par ce que vous verrez dans les nuages et leurs formes, laissez vous guider par vos sens et vos sentiments... et sans vous en rendre compte, vous vous sentirez apaisé. Et Libre. En route vers de nouvelles aventures...

Oui, on est fin bien là haut.... parce qu'il fait toujours beau au dessus des nuages :)

Partager cet article

Repost0