Et vous, vous souvenez-vous de ce que vous faisiez le 11/09/01?

Publié le par Olivia Beltrani

Et vous, vous souvenez-vous de ce que vous faisiez le 11/09/01?

Parce qu'il y a des dates comme ça qu'on ne peut pas oublier, les images tournant en boucles encore et encore ma tête. Inimaginables. Plus on les regarde, moins on comprends, comme si notre cerveau ne peut pas, n'est pas capable d'emmagasiner ce qu'il voit.

Je crois que chacun d'entre nous se souvient de ce qu'il faisait ce jour là, non?

En tout cas moi je revois tout, le lieu, le contexte, absolument tout.

J'avais à peine 20 ans... et ce jour là j'ai compris que le monde dans lequel je vivais ne serait plus jamais pareil.

20 ans et une certaine insouciance? Ce 11 septembre j'étais avec une de mes amies de la fac chez elle, nous étions en train d'écouter la radio tout en papotant. On a cru à un canular, de mauvais goût certes, mais vraiment pas à plus que ça. Puis on s'est arrêtées de parler, et on a décidé de vite partir dans notre café habituel pour se changer les idées... bof on comprenait pas trop... le temps d'entrer dans le café on a levé les yeux vers la tv, car tous les yeux des clients étaient braqués dessus, dans un silence de morts, et on a assisté en direct à l'effondrement de la deuxième tour.

Le monde s'est soudain arrêté de tourner et nous avec. Je ne sais plus pendant combien d'heures on est restées là, tous abasourdis... on a réussi à rentrer, uniquement pour continuer à regarder les infos inlassablement jusque tard dans la nuit, tout comme les jours qui ont suivi.

J'étais étudiante, je venais d'avoir mon DEUG, je devais préparer une licence aux USA, à la Ball State University, dans l'Indiana, et pas très loin de Chicago. Et puis à la dernière minute j'avais décidé de rester en France préparer une maîtrise de communication... autant dire que j'ai bien fait cette année là de rester vivre à Lille.

J'ai mis 3 longues journées pour avoir ma mère au bout du fil... les lignes étaient saturées, et à l'époque (pas si lointaine pourtant!) elle habitait encore à Rome, à 2000km de là, et nous nous appelions sur la ligne fixe. Impossible... j'ai fini par l'avoir au téléphone mais d'une cabine téléphonique (oui, ça ne me rajeunit toujours pas ce détail!), et nous étions soulagées et incrédules et je lui ai dit que j'avais peur de ce qui nous attendait...

Ma cousine venait juste d'être prise chez Air France comme PNC... drôle de coïncidence, sa lettre date du 11/09. Elle a de suite compris ce jour là qu'elle ne rentrerait pas de sitôt chez AF... elle a du attendre 2 ans de plus. Bizarre aussi de la voir partir en vol, j'avoue que j'étais inquiète... en même temps je ne pensais pas qu'un jour je me retrouverais à sa place dans un avion à cette époque!

Et puis nous avons raccompagné un cousin lointain, vivant à Boston, qui était de passage en France par chez nous... il est collectionneur d'objet de la Seconde Guerre Mondiale, un passionné du Débarquement, et venait souvent visiter la France et surtout la Normandie. Il voulait rentrer coûte que coûte, n'ayant en prime aucune nouvelle de sa famille avec tout ce chaos.

A l'aéroport ce jour là, j'ai cru me retrouver dans un film: des affiches de Ben Laden partout, estampillées "wanted, dead or alive" (j'en avais gardé une mais je ne sais plus où elle est), des américains à perte de vue dans des aéroports bondés comme jamais... et des élans de solidarité sans précédents: les personnes qui devaient rentrer en priorité sur le territoire américain qui se voyaient donner des places par des touristes, d'autres américains qui étaient d'accord pour échanger leur vol, sans conditions, sans litiges, spontanément. Rare de nos jours...

Toutes ces images, toutes ces scènes, je ne les oublieraient jamais. Elles sont ancrées dans ma mémoire à vie. Notre monde a été façonné différemment depuis ce jour là, l'horreur a pris une nouvelle dimension encore plus sordide. Nous en payons le prix encore aujourd'hui...

Le temps permets certes d'apaiser les peines, ces tours que je n'ai jamais vu en vrai (mais son trou béant oui), ont laissé place à une tour encore plus haute, encore plus imposante.

Pour moi c'est un manière assez élégante de leur dire "fuck you". Pour d'autres, pas! Moi je pense qu'on ne doit pas finir de se lever et de se mettre debout contre ceux qui veulent porter atteinte chaque jour à nos libertés et à la Vie.

11/09/2001. Never. Ever. Forget.

Commenter cet article